LA VILLE FACE AUX PROSTITUTIONS : rencontre avec IPPO

ippo

Dans le cadre du séminaire « Sociologie en marge » de l’université de Bordeaux, séance du mardi 31 avril (dirigée par Arnaud Alessandrin), nous avons assisté à une présentation sur les prostitutions (par Alexia Boucherie, Amel Boughidah et Claire Drouin) puis nous avons reçu la directrice et le psychologue clinicien de l’association Ippo, créée en 2001, dont l’activité a pour but l’accompagnement et la prévention des risques auprès des personnes en situation de prostitution. Voici le compte rendu de cette rencontre.

Si la prostitution est communément nommée « le plus vieux métier du monde », la pratique de cette activité est encadrée par des débats et des ancrages théoriques diamétralement opposés.
Figures emblématiques d’un « dégoût » social, les prostitué.e.s, par l’affranchissement normatif dont elles et ils font preuve, sont mis.e.s à la marge de la société et, bien qu’évoluant dans la sphère publique, sont ainsi silencié.e.s.
À l’heure actuelle, la question de la prostitution est majoritairement traitée d’un point de vue abolitionniste, et de manière très caricaturale, nous pouvons le définir ainsi : les prostitué.e.s n’ont pas choisi cette activité, elles et ils sont contraint.e.s par des proxénètes ou victimes de la traite des êtres humains, il faut donc abolir un système « prostitueur » dont les principaux acteurs sont les clients. Cette position abolitionniste est souvent mise en regard d’un autre courant, dans une mouvance syndicale et « pro-choix », symbolisée médiatiquement par le STRASS (Syndicat du Travail Sexuel). Très sommairement, ce collectif rassemble notamment des prostitué.e.s activistes et œuvre pour la reconnaissance du travail sexuel comme un métier à part entière, et réclame ainsi des droits pour les travailleur.se.s du sexe tout en rejetant l’approche victimisante des mouvements abolitionnistes.
Sous couvert d’un même objectif, celui de la libre possession par les femmes de leurs corps, ces débats publics traduisent une dualité théorique finalement assez éloignée du « terrain » et des discours des acteur.trice.s concerné.e.s, ici, les prostitué.e.s. Bien que le STRASS contribue à l’inclusion et à la visibilisation des travailleur.se.s du sexe puisque créé par ces dernièr.e.s, il demeure que les prostitué.e.s les plus exclu.e.s, souvent des étrangèr.e.s, ne s’expriment pas sur ces questions qui les concernent tout autant.
L’existence d’associations de terrain telles qu’Ippo est de fait absolument nécessaire afin d’entendre les voix de ces exclu.e.s, surtout à l’heure actuelle où des lois telles que la réhabilitation du délit de racolage vont contribuer au mutisme et à la « violencisation » (Sembel, 2009) d’une population déjà stigmatisée. De même, si Durkheim voyait déjà la sociologie comme une discipline « morale », il semble aujourd’hui important, surtout lorsque l’on travaille auprès de populations « étiquetées » comme déviantes (Becker, 1963), d’inclure une dimension éthique dans la réflexivité du/de la chercheur.se. Et cette déontologie passe notamment par le fait de mettre de côté nos propres pré-supposés concernant nos « enquêté.e.s » et de les laisser s’exprimer car elles et ils vivent les situations que l’on observe extérieurement.

Ainsi, au-delà des clivages théoriques sur la question de la prostitution, il serait important d’écouter et de publiciser la parole de ces populations expert.e.s -à la manière d’une recherche sociologique éthique, plutôt que de reproduire une forme de néo-colonialisme en imposant un discours « savant » et dominant sans tenir compte des avis des acteur.trice.s concerné.e.s.

Les intervenant.e.s

Notre première intervenante est la présidente d’Ippo depuis 2005. Après des études autour du soin et de l’ethnlogie (école d’infirmière ; recherches menées dans l’océan indien sur l’anthropologie médicale), elle rejoint Médecins du monde (dont Ippo est issue) d’abord en tant que soignante, elle deviendra ensuite responsable de projets (relatifs au développement), un poste qui se rapproche davantage de la recherche, avant d’arriver à la tête d’Ippo.
Le deuxième intervenant est un psychologue clinicien qui exerçait au départ à Paris, dans un contexte particulier. En effet, le Sida progressait alors rapidement, sans traitement convaincant, bouleversant alors notre praticien qui parle d’ « une claque monumentale ». Il rejoindra ensuite Ippo. Cette remise en cause se trouve, selon lui, au cœur de son travail où « il faut être différemment avec les gens » et « Il faut que je me détache de mon travail à la fac » afin d’appréhender un travail difficile et spécifique.

Coordonner les professionnel.le.s d’Ippo

L’association Ippo (Information Prévention Proximité Orientation) accompagne des prostitué.e.s dans leurs différentes démarches, de la réinsertion à la socio-esthétique, et lutte contre les diverses formes de discriminations que cette population peut subir (racisme, sexisme), tout en produisant des chiffres sur leurs actions et sur ce terrain. Elle est composée de deux médecins, d’un juriste, d’un psychologue, d’une socio-esthéticienne et de la présidente. Ce travail d’équipe, regroupant des personnes venant de disciplines et d’horizons différents, nécessite une approche commune sur la question de la prostitution, des échanges (« croiser les regards »,…) et une certaine conduite à tenir, comme le fait de ne rien divulguer à propos des personnes rencontrées ainsi qu’une bienveillance sur autrui. L’approche partagée sur la prostitution est permise par un recrutement particulier des membres de l’association, durant lequel les représentations de la personne candidate sur ce type de public seront questionnées et étudiées, par l’intermédiaire de questions du type : « C’est quoi, pour vous, une prostituée ? ». Ensuite, une déconstruction des images sera entamée afin d’apposer une certaine neutralité morale indispensable dans l’exercice de ces tâches relatives aux prostitué.e.s.

Au sein d’Ippo, les intervenant.e.s nous ont également expliqué que l’on veille à ce que l’engagement et le coût personnels découlant de ce travail n’entravent pas le professionnel ou même le bien-être psychologique de l’équipe. Ceci est assuré par des séances psychanalytiques suivies à l’extérieur de l’association.

L’empowerment au centre de l’accompagnement individuel : l’approche d’Ippo

Les professionnels se sont donnés comme éthique de respecter la personne accompagnée avec, au centre, la notion d’empowerment, c’est-à-dire que c’est à l’individu de construire son individualité, sa résistance aux stigmates et sa lutte personnelle. Il est donc important, pour eux, de ne pas projeter leurs représentations sur la situation de la personne suivie. Illes parlent, pour une image descriptive de ce que peut être ce travail, d’une « feuille blanche que l’on remplit ensemble », dans une logique d’accompagnement, et non de conseil. Illes se distinguent des procédures habituelles qui prennent moins en compte cette partie là de l’individu. Illes nous alertent en effet sur la violence du système judiciaire (insistant sur la dénonciation du proxénète, le récit de vie) qui plus est, peut paraître à certains égards, paradoxal : le ou la prostitué.e est en effet considéré.e à la fois comme un.e délinquant.e et une victime de la traite de l’être humain. Ce système ne prend pas en compte l’histoire ni les envies personnelles de l’individu qui se prostitue, la présidente prend l’exemple d’une jeune nigériane de vingt ans qui souhaite découvrir l’occident, s’amuser comme les « autres jeunes » quitte à vendre son corps.

La socio-esthétique

Plus concrètement au sein d’Ippo, cet empowerment passe par la priorité accordée aux professionnels de donner les moyens à l’individu accompagné de maîtriser son existence et son corps. D’ailleurs, celui-ci est mis au centre de l’accompagnement, avec comme question de fond : Comment chacun peut s’approprier son corps, quelque soit sa situation ? Des démarches d’aide pour trouver un ou une gynécologue sont faites au sein d’Ippo. De plus, sont proposés des soins socio-esthétiques, assimilables à une proposition de prise en charge du corps de l’individu, sans lui exiger des explications (alors que la médecine et la psychologie peuvent s’avérer intrusives). C’est un travail de revalorisation du corps par la manucure, des massages, le toucher et la discussion permettant par la suite de montrer son corps sans en avoir honte. Il envisage également de différencier le  »corps professionnel », celui qui est maquillé, déguisé, exhibé dans la rue pour attirer les clients, du  »corps au naturel », nécessaire dans certains cas au fait de se découvrir, dans les deux sens du terme (exploration de soi et symboliquement face à l’autre, intégrer un corps social).
La réinsertion professionnelle
L’accompagnement se fait aussi sur la réinsertion à travers un travail fait avec les professionnels du marché de l’emploi auxquels est proposée une réflexion sur cette population afin de les prendre en charge sans stéréotype moral. Il est arrivé qu’une personne ait appelé Ippo pour dire « J’en ai une dans mon bureau ! » en avouant auparavant qu’elle « avait du mal avec ces personnes là ». L’intervention de cette association permet également à ces professionnels de découvrir certaines pratiques et comportements des prostitués dus à leur milieu. Par exemple : il leur est impossible d’éteindre leur téléphone portable car les proxénètes exigent une disponibilité permanente et continue.
Enfin, cette aide à la réinsertion passe également par une revalorisation des compétences des prostitué.e.s. Les intervenant.e.s nous disent sur ce sujet que « Les prostitué.e.s n’ont pas conscience de ce savoir-faire et de ce savoir-être (…) Les premières personnes à convaincre sont les prostitué-e-s elles-mêmes ! ». En effet, la prostitution requiert la patience, l’attention, la séparation corps/esprit… Ces tentatives sont en fait plus longues et plus complexes qu’elles n’en ont l’air car illes pensent au premier abord que ces valorisations sont des moqueries ou n’y croient que très peu. Il en ressort néanmoins que la situation en tant que prostitué-e n’est anormale que pour la société et qu’illes n’ont pas honte de ce qu’illes font.

L’avis d’Ippo sur d’autres institutions ayant en charge la prostitution

Ippo n’est pas la seule structure suivant les prostitué-e-s. Nous avons voulu connaître l’avis des intervenant.e.s sur le travail effectué par le Strass (Syndicat du travail sexuel) d’une part et par la police d’autre part. Illes ont donc un avis très positif des actions du Strass (« C’est super ce qu’ils font ! ») bien qu’illes relativisent la portée de leur pertinence en montrant qu’illes s’intéressent à un type de prostitution particulier, celui majoritairement blanc et français. Illes ne font pas face à la traite d’êtres humains. Concernant le travail policier, en particulier la police judiciaire (qui se focalise, à l’inverse, sur cette prostitution), il se résume en grande partie au démantèlement de réseaux. Pour les forces de l’ordre, « on travaille sur le même bateau, mais pas du même côté » est la phrase qui permet de décrire la relation s’établissant entre eux et Ippo. Illes alertent cependant sur le fait que la brigade de proxénétisme a pour charge le dépôt des plaintes des prostitué.e.s, ce qui n’est pas égalitaire par rapport aux autres civil.e.s (concernant le viol par exemple).

La recrudescence des violences faites aux prostituées

Il est à noter, comme nous le rappelle la présidente d’Ippo, une hausse des violences adressées aux prostitué.e.s, une période marquée par « une libération de la haine ». Des hommes agressent ces travailleur.se.s du sexe pour voler l’argent liquide détenu après quelques clients ou simplement par discrimination, « parce que c’est une pute ! ». Les réactions des prostitué.e.s peuvent se résumer à une auto-défense psychologique, il est très difficile de faire reconnaître une agression et ce, surtout s’il s’agit d’un viol.

Cet échange a donc été très intéressant, enrichissant et permet d’aborder la prostitution et son accompagnement autrement que par l’association à un réseau de proxénète et son interdiction tel que l’envisage le système judiciaire ; ou par une lutte contre les stigmatisations et une liberté totale d’exercer, comme le recommande le Strass. L’approche d’Ippo a l’originalité de faire prendre l’initiative à l’individu.e et de la/le considérer comme un acteur.rice de sa condition. Cependant, elle conçoit que cette capacité ne peut se faire seule et qu’elle doit être accompagnée (mais non guidée). Pour aller plus loin, l’Ippo a publié un recueil de textes : Contes de la rue et du chat vagabond.

Dominguez Tristan
Puyo Anne-Flore


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *